Ma déception face à Requiem for a dream

Requiem For A Dream, le drame américain de Darren Aronovsky a été accueilli de manière plutôt (très) positive lors de sa sortie en 2001. Certains le considèrent comme un film culte, il est qualifié de bouleversant et très marquant. Du même réalisateur, j’ai beaucoup apprécié  Black Swan. Pourtant, lors de mon visionnage du film, je ne l’ai pas du tout apprécié… Zoom sur ce film qui a beaucoup déçu mes attentes.

 

Interdit aux moins de 12 ans

Le synopsis d’Allociné :

« Harry Goldfarb est un junkie. Il passe ses journées en compagnie de sa petite amie Marion et son copain Tyrone. Ensemble, ils s’inventent un paradis artificiel. En quête d’une vie meilleure, le trio est entraîné dans une spirale infernale qui les enfonce toujours un peu plus dans l’angoisse et le désespoir.
La mère d’Harry, Sara, souffre d’une autre forme d’addiction, la télévision. Juive, fantasque et veuve depuis des années, elle vit seule à Coney Island et nourrit dans le secret l’espoir de participer un jour à son émission préférée. Afin de satisfaire aux canons esthétiques de la télévision, elle s’astreint à un régime draconien. Un jour, elle le sait, elle passera de l’autre côté de l’écran. »

 

Ce qui m’a plu :

  • La BO évidemment : cette musique qui pour le coup est culte, répétitive, et qui nous amène dans cette ambiance un peu désagréable, dérangeante. Parfois peut-être trop exploitée tout de même.
  • La performance des acteurs et notamment de l’excellente Ellen Burstyn.
  • Le sujet : on ne s’intéresse pas aux causes ou aux effets de la drogue mais plutôt au phénomène de l’addiction.

 

Et le reste…

  • Une descente aux enfers mise en scène de manière très lourde avec un rythme qui s’accélère de manière très inégale, avec des expériences de split screen et autres réalisations un peu expérimentale. Seule la dernière demi-heure enfin, nous laisse nous prendre au jeu, mais bien trop tard…
  • La réalisation, à travers ses diverses expérimentation, semble vouloir rendre le spectateur mal à l’aise et installer une ambiance un peu glauque. Trop mis à l’écart, le spectateur décroche très facilement face à ce film qui en fait beaucoup trop.
  • Un film qui laisse peu place à la réflexion avec une fin très moralisatrice : La drogue, c’est mal. On a l’impression de ne pas dépasser cette morale et de rester dans le déjà vu.

 

En bref :

De très bonnes idées, un sujet intéressant et de très bons acteurs : c’est pour moi au niveau de la réalisation que ça coince. Elle est trop floue, maladroite, et n’est pas correctement gérée. De nombreuses techniques sont utilisées afin de créer une ambiance qui est trop lourde et maladroite – quelque chose d’un peu plus simple aurait été le bienvenu. Malgré un très bon sujet, la fin nous laisse sur notre faim, nous laissant face à une morale un peu simpliste. J’ai eu du mal à rentrer dans le film, et peu de mal à en sortir…

 

 

Et vous, qu’avez vous pensé de ce film phénomène ?

N'hésitez pas à me suivre sur ma page Facebook et à partagez les publications qui vous plaisent ! ;)
Publicités

6 réflexions sur “Ma déception face à Requiem for a dream

  1. Journal de Marion dit :

    J’adore ce film. Tu es je crois la première personne qui me dis qui ne l’a pas apprécié ^^
    Après je peux comprendre soit tu aimes soit l’inverse je pense avec ce réalisateur. ça peut pas être mitigé 🙂 La BO est magnifique et va bien je trouve avec l’ambiance du film =)
    Bel article !

    Aimé par 1 personne

  2. leboudoirdemahaut dit :

    J’adore ce film. Et j’aime ton blog.
    Je ne pense pas que le film soit trop long, car il faut quand même noté que le réalisateur à voulu faire vivre au téléspectateurs, la descente aux enfers de l’addiction. Bien sûr, c’est un peu long, mais c’est comme dans la vie, l’addiction ne se fait pas au bout d’une seule prise, elle dégrade petit à petit, et je trouve que tous les personnages jouent leur rôle à merveille. La dernière demie-heure est choquante pour un téléspectateur non avertis, mais elle reflète parfaitement une réalité extrême certes, mais une réalité quand même. Là est tout l’art du film, tu finis choquer, mais tu te dis que putain ouais ça peut être réel. Et avec la BO en fond, tu prends ta claque, et ça devient un classique.

    Très bel article !

    Aimé par 1 personne

    • Salomette dit :

      Je suis tout à fait d’accord sur le fait que ce qui est montré peut, dans certains cas être réel. C’est plutôt la volonté d’en faire un « bon » film, novateur, avec des procédés et une mise en scène particulière que je pointe du doigt… C’est trop, pour moi. Je préférerais une mise en scène et des plans plus simples, là j’ai l’impression que l’ont rend les choses plus compliquées qu’elles ne le sont déjà. Merci pour ton commentaires !

      Aimé par 1 personne

Lâches ton com' ! (#Skyblog)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s